dimanche 26 octobre 2014

Le conte du mois : Trois petites sorcières



C'était la fin d'une après-midi des vacances de Toussaint. Le ciel était couvert et les rues étaient sombres. Les lumières des maisons s'allumaient une à une comme des lucioles.

Flore, dont les parents étaient partis en voyage, avait invité Gaia et Marilou à passer quelques jours chez elle.
Elles écoutaient de la musique à fond.
- Eh, les filles ! S'exclama Flore. C'est Halloween, dans trois jours. Et si nous nous déguisions ?
- Ouais ! Bonne idée, répondit Marilou, mais en quoi ?
- Ben en sorcière, dit Gaia, puisque c'est Halloween.
Mais elles n'avaient pas de déguisements de sorcière.
- J'ai une idée, dit Flore après avoir réfléchi. Vous connaissez Madame Chanoir, la vieille grand-mère qui habite près du cimetière ?
A ces mots, les filles se mirent à trembler...
- Oui, reprit Marilou, elle est très étrange et fait peur à tout le monde.
- Je sais, reconnut Flore, mais elle est très petite, et a toujours des vêtements qui ressemblent à ceux des sorcières. Ca nous ferait un super déguisement !
- Mais elle ne voudra jamais nous les prêter, répliqua Gaia.
- Allons tout de même jusqu'à sa maison, nous aurons peut-être une idée en arrivant.
Les trois amies se rendirent près du cimetière du village. Là, une bicoque abimée par le temps se dressait, seule, sombre, inquiétante.
- Regardez, dans le jardin, chuchota Marilou, il y a du linge qui pend !
Et en effet, trois vieilles robes noires séchaient sur le fil à linge.
- Empruntons-les, nous les rendrons après, proposa Flore.
Les trois filles se faufilèrent derrière la maison, décrochèrent les robes et les enfilèrent en pouffant de rire.
- C'est parfait, juste à notre taille ! Constatèrent les filles.
Mais au moment où elles disaient ces mots, une violente rafale de vent les souleva, les emmenant voler dans les airs.
- Ahhh ! Au secours ! Que se passe-t-il ? Maman ! A l'aide ! Pitié ! Hurlaient-elles, tournicotant dans tous les sens.
- Hin ! Hin ! Hin ! Hin ! Tonna une voix sortie de nulle part ! Vous avez voulu enfiler des vêtements de sorcière... Et bien... Vous voilà devenues sorcières volantes !
Et tandis que ces mots résonnaient, Flore Gaia et Marilou furent posées sans ménagement sur le toit de la maison. Là, une fenêtre s'ouvrit, et madame Chanoir apparut, sourire aux lèvres :
- Alors mes petites, on a voulu voler les robes de la mère Chanoir ? On ne sait pas que la mère Chanoir est une sorcière ? On ne sait pas qu'il est interdit de lui dérober quoi que ce soit sous peine de devenir son esclave ?
Et sans pouvoir rien faire, les fillettes furent aspirées dans le grenier de la mère Chanoir, où elles se retrouvèrent assise au milieu de la poussière, des toiles d'araignées et des crottes de souris.
La mère Chanoir se tenait devant elles, petite, rabougrie, le regard mauvais.
- Hin ! Hin ! Hin ! Et bien me voilà avec trois charmantes esclaves ! Trois robes volées ? Trois jours de travail forcé ! C'est le tarif ! Au travail, mes belles, et que ça saute !
Et la vieille mère Chanoir distribua les tâches : les trois filles durent récurer le gros chaudron, retirer une à une les puces du chat, caresser une pauvre vieille araignée stressée...
Les filles n'eurent pas le choix et se mirent au travail. Au bout d'une heure, la sorcière les arrêta :
- Ca ira pour ce soir, grinça-t-elle. Au lit maintenant ! Et... Préparez-vous à passer la deuxième soirée de travail forcé, qui sera pire que la première...
Sur ces mots inquiétants, elle les enferma dans le grenier où elles n'avaient qu'un vieux matelas et une couverture sale pour dormir.
- Oh là là ! Je n'ai plus d'ongles, à force de frotter le chaudron, se plaignit Gaia.
- Et moi, les puces m'ont piqué partout, geignit Marilou
- Et ben, vous c'est rien, comparé à moi qui ai dû caresser l'araignée. J'en tremble encore, chouina Flore !
La nuit fut terrible. Il y avait des rires sordides, des craquements sinistres, des miaulements inquiétants. Les trois amies se serraient les unes contre les autres, et furent heureuses de voir le jour poindre ses premières lueurs.

Quand le deuxième soir vint, la vieille mère Chanoir leur donna la deuxième liste de tâches à accomplir : ramasser les crottes de souris, nourrir les chauves-souris, recueillir la bave des crapauds.
Les filles n'eurent pas le choix et se mirent au travail. Au bout de deux heures, la sorcière les arrêta :
- Ca ira pour ce soir, grinça-t-elle. Au lit maintenant ! Et... Préparez-vous à passer la troisième journée, qui sera pire que la deuxième... bien pire... bien bien pire...
Sur ces mots encore plus inquiétants que la veille, les trois amies se retrouvèrent dans le grenier, sur leur vieux matelas. Cette deuxième nuit ne fut pas meilleure que la première, car elles se demandaient ce qui allait leur arriver pour le dernier jour de travail forcé.
- Oh là là ! J'ai mal au dos d'avoir ramassé toutes les crottes de souris, se plaignit Gaia.
- Et moi, les chauve-souris m'ont mordillé le bout des doigts, geignit Marilou
- Et ben, vous c'est rien, comparé à moi qui ai dû recueillir la bave de crapauds. J'en ai encore les mains toute poisseuses, chouina Flore !

Quand le troisième soir vint, la vieille mère Chanoir leur donna la troisième liste de tâches à accomplir : ramasser les champignons des ronds de sorcières, couper la queue des lézards, cueillir des orties piquantes.
- Si je compte bien, nous devrions faire ça pendant trois heures, constata Flore.
- Ca va pas être gai, rajouta Marilou.
- Et puis il fait froid, râla Gaia !
Mais elles se mirent au travail, contraintes et forcées.
Au bout de trois heures, la sorcière les arrêta :
- Mes chaudrons sont propres, mon chat, mon araignée et mes chauves-souris sont prêts, j'ai tous les ingrédients nécessaires, grinça-t-elle. Alors maintenant, l'ultime, la dernière épreuve ! L'ABOMINABLE POTION !
- L'ABOMINABLE POTION, s'écrièrent en même temps Marilou, Gaia et Flore ?
- Oui, l'abominable potion ! C'est la première fois que je la fais ! Et vous allez me servir de cobaye pour la tester !
- Beurk, s'exclama Marilou, on va manger de la bave de crapauds !
- Ark ! Reprit Gaia, on va manger des queues de lézards !
- Hannn ! conclut Flore, on va manger des crottes de souris !
Et tandis que la sorcière mélangeait tous les ingrédients dans son immense chaudron, tandis que le chat faisait un concert de miaulements, tandis que les chauves-souris voletaient au plafond, et tandis que la vieille araignée faisait du saut à l'élastique au-dessus de la mixture, les trois filles se serraient les unes contre les autres en claquant des dents de peur !
- Mais, hasarda Flore, elle aura quel effet sur nous, votre potion ?
La mère Chanoir ricana :
- Hin ! Hin ! Hin ! Ce sera la surprise, je n'en dis pas plus pour l'instant !

La potion fut bientôt prête. Le chat, les chauves-souris et l'araignée arrêtèrent leur manège et regardèrent la sorcière, sa grosse cuiller levée, prête à faire goûter son ragoût.
- A qui le privilège de tester la première, lança-t-elle
Bien sûr, aucune fille ne s'avança.
Alors, le chat vint tremper sa moustache dans la potion, une chauve-souris le bout de son aile, et l'araignée une de ses huit pattes, puis, les animaux déposèrent ensemble une goutte de la mixture sur le front des filles, terrorisées et incapables de bouger.
Instantanément, elles perdirent la mémoire de ce qui venait de se produire les trois jours passés. Comme des automates, elles se dirigèrent vers la porte, sortirent dans le jardin, et rentrèrent directement chez Flore, sans plus aucun souvenir.

Derrière elles, la mère Chanoir referma sa porte :
- Hé ! Hé ! Hé ! Ricana-t-elle joyeusement en caressant son chat, son araignée sur l'épaule, une chauve-souris sur la tête ! On leur a fait une bonne blague, Hein ? Elle ne sont pas près de revenir me piquer mes robes, foi de sorcière !

Dans la chambre de Flore, les trois filles eurent l'impression de se réveiller d'un rêve étrange.

- Eh, les filles ! S'exclama Flore. C'est Halloween, ce soir. Et si nous nous déguisions ?
- Ouais ! Bonne idée, répondit Marilou, mais en quoi ?
- Ben en sorcière, dit Gaia, puisque c'est Halloween.
Il y eut un moment de silence !
- Je n'ai pas de déguisement de sorcières, reprit Flore. Mais regardons dans la malle du grenier, il doit bien y avoir d'autres costumes...
Après avoir fouillé, les filles se trouvèrent de beaux déguisements : Marilou fut en chat, Gaia en chauve-souris et Flore en... araignée !
- Ah ! la trombine que vous avez, comme ça, s'écria Marilou !
- Ben ! Tu t'es vue, toi aussi, répondit Gaia !
- Attendez, les filles, s'exclama Flore ! J'ai un truc très bizarre dans la poche de mon déguisement,
- Moi aussi, dit Marilou
- Moi aussi, dit Gaia.
Les trois amies sortirent de leur poche une poignée de petites choses rondes et noires !
- Beurkkk ! S'écrièrent-elles toutes les trois en même temps ! Des crottes de souris !


(création Sophie Noël)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire