jeudi 14 août 2014

A-t-on besoin d'étiqueter tout le monde ?

« c’est quoi ce que c’est un PD ? »
Nos enfants sont baignés très jeunes dans ce qui touche la sexualité de près ou de loin. Elle est abordée dès la primaire.
- Maman nous sommes des vivipares ! s’est exclamé fièrement ma fille en CP avant de demander :
- Maman, comment la graine rentre dans le ventre ?
Mettre des étiquettes sur notre propre condition ou sur celles des autres la plupart du temps, c’est autant affirmer son identité que la différence de l’Autre.

Nous sommes des vivipares ! Mais est-ce que pour autant nous commençons nos phrases par « en tant que vivipare, je pense … » ?
Evidemment que non, puisque cela est notre condition et que cela nous parait « NORMAL » .

La poule est-elle donc mieux ou moins bien que moi puisqu’elle est ovipare ?
Nous questionnons-nous sur le bien être d’un « petit » conçu à l’intérieur d’un ventre ou à l’intérieur d’une coquille ?
- Maman, c’est quoi ce que c’est un PD ? m’a demandé mon fils récemment.
Outre le fait que je l’ai repris sur la formulation de sa phrase et qu’il s’est exécuté pour dire de nouveau « Maman c’est quoi un PD ? »,  je n’ai pas perçu l’intérêt de prendre ma condition comme exemple ou celle de nos amis, afin qu’aucune étiquette ne soit apposée sur une identité sexuelle, qui au fond ne regarde que nos propres petites personnes.

Au fond de moi contente qu’il ne sache pas ce que c’est, je lui ai simplement répondu « un PD est une insulte qui désigne un monsieur qui est amoureux d’un autre monsieur, et il est hors question que je t’entende prononcer ce mot encore une fois sauf quand c’est dans une chanson. Tu comprends que c’est une insulte hein ? On est d’accord hein ? »

Les mots homosexuels et/ou hétérosexuels ne seront prononcés que lorsqu’une leçon ou une discussion viendra sur ce sujet … c'est-à-dire sur la sexualité et évidemment, j’ajouterai bisexualité, transexualité, etc. 
Ainsi, eux même ne se posent la question pour le moment que sur le fait d’être vivipare ou ovipare, et lorsque viendront d’autres temps, ils se poseront d’autres questions liées à leur maturité.

Dans ce cas, la normalité n’a plus lieu d’être puisque, sans étiquette, l’autre n’est pas différent !

Article rédigé par Soho



2 commentaires:

  1. Ce sont le plus svt les adultes qui mettent ces étiquettes. Les enfants se posent bien moins de questions!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'en suis sûre ! Malheureusement, à force d'entendre leurs parents, certains enfants répètent des choses qui peuvent être terrible !

      Supprimer