lundi 21 juillet 2014

Quel sport pour mon enfant ? (première partie)


A la prochaine rentrée va se poser la question des activités pour nos enfants.

Parlons sport. Je ne vous apprends rien : nos enfants ont toujours besoin de bouger. Beaucoup.
Pour satisfaire ce besoin de dépenser son énergie, et la canaliser, quoi de mieux que le sport ?



Quels bienfaits pour la santé :
Le sport fait partie intégrante de l'apprentissage psychomoteur d'un enfant. Elle favorise l'acquisition de l'équilibre, de la coordination des gestes et de la précision. Elle aide l'enfant à prendre conscience de son schéma corporel (la perception de son propre corps dans l'espace).
Pratiquer une activité sportive permet de lutter contre le surpoids, est un bon moyen de socialisation, favorise le respect de l'autre et de la vie en société par l'apprentissage des règles, apprend la maîtrise et la confiance en soi...

A quel âge votre enfant peut-il commencer un sport ?
Dès la petite section de maternelle, les maîtresses font de la motricité tous les jours (danse, parcours, jeux d'opposition, jeux de balle...). Ce qui est le plus important, à cet âge, n'est pas forcément le sport pratiqué, mais la pratique régulière d'une activité. C'est l'âge où l'enfant peut commencer de s'essayer à tout. Il vaut mieux, même, ne pas le spécialiser, car pour faire plaisir à ses parents, l'enfant risque de s'engager dans un sport qu'il n'appréciera pas plus que ça !

Justement, comment repérer l'activité la mieux adaptée à votre enfant ?
La motivation est essentielle. L'enfant a donc son mot à dire dans le choix. Bien sûr, les parents vont naturellement proposer à leur enfant des activités qu'ils connaissent bien, mais si l'envie ne vient pas de lui, votre enfant risque de décrocher rapidement, car le sport doit d'abord être un plaisir. Il est donc important au début qu'il fasse des essais, du multi-sport, et ne vous inquiétez pas s'il a souvent envie de changer d'activité, c'est normal.

Existe t-il des sports déconseillés pour votre enfant ?
Avant la puberté, il ne vaut mieux pas que votre enfant fasse de la musculation, car cela donne trop de volume aux muscles et risque d'empêcher la croissance des os. Mais si votre enfant ne souffre pas d'une maladie chronique comme l'asthme ou l'épilepsie, il n'y a pas d'autres contre-indications.
Malgré tout, l’avis d’un médecin est toujours bon à prendre, d'autant qu'un certificat médical est demandé pour la plupart des sports.




A quoi faut-il veiller quand votre enfant fait du sport ?
Après une séance de sport, l'enfant a besoin de récupérer : Il doit donc dormir suffisamment.
Attention aussi au surentraînement : soyez vigilant si votre enfant s'endort à table, s'il se jette sur la nourriture, s'il a des difficultés de croissance, des douleurs, un désintérêt pour l'école, des problèmes de poids. Il en fait peut-être un peu trop.




En résumé, si votre enfant veut faire du sport, il doit se faire plaisir, être raisonnable, savoir se reposer, trouver le sport qui lui plaît et lui convient.


Lors du prochain article, je détaillerai les avantages et inconvénients de plusieurs sports courants que les enfants aiment pratiquer, et d'autres moins courants.

Si vous avez des idées ou des conseils, n'hésitez pas à nous en faire part en commentaire.

(à suivre)

2 commentaires:

  1. Si je suis completement d'accord avec ce qui est écrit dans cet article, j'avais envie de parler du sport pour les enfants différents..On va dire pour simplifier que mon fils est TDAH avec des troubles d'integration sensorielle. Bouger et faire du sport pour lui c'est vital. Il a 5 ans et demi et je ne l'ai pour le moment inscrit a rien. Pourtant c'est pas faute d'entendre encore et encore "ah ben va falloir le mettre au sport hein", tres régulierement suivi par "mets le au judo, ça va le calmer, ça va lui apprendre le respect etc..." ou de la variante (puisqu'il adore jouer avec son ballon au foot) "ah l'année prochaine va falloir que tu l'inscrives dans notre club".
    Eh non...mon fils ne fera ni du judo ni du foot. Le judo parce qu'il y a contact avec l'adversaire et que mon fils a bcp de forces, ceci couplé avec les difficultés d'integration sensorielle donnera sans aucun doute au mieux une expulsion au pire un accident.
    Le foot tout simplement parce qu'il n'y a qu'un ballon pour 22 gamins. Je sais, c'est le jeu, mais pour mon fils le foot ça se joue a 2 avec sa mere qui fait le gardien de but...
    Un autre sport que bcp me conseillent et que j'ai essayé: equitation. Genial. Mais si vous avez un enfant comme le mien oubliez le cours d'equitation. Incapable de se concentrer pour entendre une instruction hurlée par un prof à 5 m avec tellement de distractions autour... Tourner en rond pour faire une jolie volte n'a aucun intéret. Alors il faut trouver un autre moyen, trouver une ferme ou il y a quelques chevaux/poneys, ou le proprietaire accepte d'emmener l'enfant en balade et à travers cela pourra lui apprendre les bases.
    La relation avec l'animal est émouvante et c'est un parfait moyen de ressentir son corps quand on a des troubles d'integration sensorielle. Et puis une fois ces quelques rudiments appris (les rudiments pour tenir sur un cheval, pas pour le diriger), alors retourner en club pour faire de la voltige. Pas de rennes, pas à diriger l'animal, un instructeur qui s'adresse uniquement à l'enfant, juste le ressenti, la fusion avec sa monture, le travail d'equilibre et c'est tout.
    Et pour la rentrée il va faire quoi mon loustic comme sport (mis à part le foot avec maman et la piscine hebdomadaire) ? de la Capoeira...J'ai bcp bcp cherché pour arriver à trouver qqchose qui je pense lui conviendra. C'est un art martial mais sans contact, il y a des tambours/de la musique (ressenti de la vibration dans le corps), on pourrait presque penser que c'est du street dance et les instructions peuvent etre "regardées", pas forcément écoutées...
    Si d'autres mamans ont d'autres idées, je suis preneuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ton commentaire est très intéressant, Laurence. Cela mérite vraiment d'être développé, ou que d'autres mamans dans le même cas que toi (ou pas, d'ailleurs) continuent la discussion ou partagent leur expérience.
      Pour l'équitation, je sais qu'elle a beaucoup de bénéfices, enfin, surtout le contact entre l'enfant et le cheval. Il existe par chez nous une association qui travaille l'équithérapie (notamment avec des enfants autistes, mais pas seulement), et c'est génial.
      Merci beaucoup pour ce partage.

      Supprimer