mercredi 18 décembre 2013

Conte de Noël


Rose et Groumpf : la rencontre
[...]
Ce fut donc ce cadeau que Rose trouva, le matin de Noël, au pied de son sapin vert et rouge. Au fond de sa boîte, une jolie carte disait simplement « Oeuf de dragon de l'île de Livria ».

Au comble du bonheur, Rose prit l'oeuf dans ses bras et le berça comme s'il se fut agi d'une poupée. Puis, elle le mena dans sa chambre, et le déposa délicatement dans le petit nid douillet qu'elle avait préparé à son intention.


Chaque jour, elle le tournait, lui parlait, le caressait, l'orientait vers la fenêtre pour qu'il reçoive un peu de lumière du jour. Elle lui lisait même des histoires (il faut dire que Rose était en CE2, et qu'elle commençait à savoir sacrément bien lire).

Une nuit, enfin, alors que Rose dormait à poing fermé, la coquille se fendit, et un dragonnet jaune d'or pointa le bout de son museau. Attiré par la respiration de Rose, il se dandina jusqu'à son lit, tombant une fois ou deux, se prenant les pattes dans le tapis. Il escalada les draps comme il put, et vint se glisser au chaud sous la couette avec la fillette.

Quelle ne fut pas la surprise de Rose, le lendemain matin, de se retrouver nez à nez avec un petit dragon endormi en rond sur son oreiller... Et qui ronflait, par dessus le marché !
Doucement, elle le caressa, et le petit animal se réveilla. Ils se regardèrent tendrement, tous les deux, s'adoptant mutuellement. Rose avait des larmes d'émotion devant ce petit être qu'elle aimait déjà.
- Ooohhh ! Bonjour petit pépère, Ca y est, tu es sorti de ton œuf...
- Groumpf, répondit le petit animal !
- Que tu es mignon... Il faut que je te trouve un nom, qu'en penses-tu ?
- Groumpf, répéta le dragonnet !
- Bonne idée, ça, dit Rose en éclatant de rire ! Voilà un nom superbe ! Je vais t'appeler Groumpf !
Alors qu'elle prononçait ces mots, sa maman entra soudain dans sa chambre. La fillette jeta son drap sur le dragonnet, qui couina au passage.
- Couiii !
- C'est quoi, ce bruit bizarre, s'inquiéta la maman de Rose
- Euh... C'est rien, maman, se mit à crier Rose pour couvrir les bruits du dragon – Coui - c'est mon ventre qui chante – Coui - J'ai faim, moi. - Coui - Tu viens, on va prendre le petit déjeuner ?
Et Rose poussa fermement sa pauvre mère hors de sa chambre, direction : la cuisine !
[...]

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire